Un important syndicat des chemins de fer rejette l’accord et renouvelle la possibilité d’une grève

Omaha, Neb. (AFP) – Le troisième syndicat des chemins de fer du pays a rejeté lundi son accord avec les chemins de fer de fret – renouvelant la possibilité d’une grève qui pourrait paralyser l’économie. – Mais avant que cela n’arrive, les deux parties retourneront à la table des négociations.

Environ 56 % des préposés à l’entretien des voies représentés par la Confrérie de la Division de l’entretien des routes ont voté contre le contrat de cinq ans, même s’il comprenait 24 % d’augmentations et 5 000 $ de primes. Le président du syndicat, Tony Cardwell, a déclaré que les chemins de fer n’avaient pas fait assez pour répondre aux préoccupations des travailleurs concernant le manque de congés payés – en particulier les congés de maladie – et exiger des conditions de travail. Les grandes lignes ferroviaires ont supprimé près d’un tiers de leurs emplois au cours des six dernières années.

Les conducteurs de chemin de fer ne se sentent pas valorisés, a déclaré Cardwell dans un communiqué. « Ils n’apprécient pas le fait que la direction ne se soucie pas de leur qualité de vie, comme en témoigne leur réticence obstinée à accorder plus de congés payés, en particulier en cas de maladie. »

Les chemins de fer n’ont pas immédiatement commenté le contrat rejeté.

Quatre autres syndicats de cheminots Ils acceptent leurs accords avec les chemins de fer de fret qui incluent BNSF, Union Pacific, Kansas City Southern, CSX et Norfolk Southern, mais les 12 syndicats qui représentent un total de 115 000 travailleurs doivent certifier leurs contrats pour empêcher la grève.. Un autre syndicat, l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale, a initialement rejeté leur accord mais a depuis renégocié nouvelle décennie. Le vote ne sera pas terminé avant la mi-novembre.

READ  La confiance des consommateurs baisse pour le troisième mois consécutif

Le président Joe Biden a fait pression sur les chemins de fer et les syndicats pour parvenir à un accord le mois dernier avant la date limite de la mi-septembre pour autoriser une grève ou un retrait. Plusieurs entreprises ont également exhorté le Congrès à se préparer à intervenir dans le conflit et à empêcher une grève si un accord n’est pas conclu, car de nombreuses entreprises dépendent du rail pour livrer les matières premières et les produits finis.

En général, les métiers ont accepté par les syndicats de suivre de près les recommandations Formation d’un panel spécial d’arbitres nommés par Biden cet été. Ce conseil présidentiel d’urgence a recommandé ce qui serait la plus forte augmentation pour les cheminots depuis plus de quatre décennies, mais il n’a pas résolu les préoccupations des syndicats concernant les conditions de travail. Au lieu de cela, a-t-elle dit, les syndicats devraient poursuivre des négociations ou un arbitrage supplémentaires qui pourraient prendre des années avec chaque chemin de fer individuel.

Les Frères musulmans du Syndicat de l’entretien des routes ont déclaré qu’ils acceptaient de reporter toute grève jusqu’à cinq jours après la reprise du Congrès à la mi-novembre pour laisser le temps à de nouvelles négociations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.